Le duc de Wellington

Arthur Wesley, plus tard Wellesley, est né près de Dublin en Irlande le 1er mai 1769. Il est le sixième enfant du comte de Mornington, Pair d’Irlande.  Sa famille le destine à la carrière des armes.

En 1785, Arthur vient à Bruxelles pour étudier le Français.

Il commence sa carrière militaire par la campagne de Hollande, en 1794, contre les républicains français. Il est alors lieutenant au 33ème d’infanterie. Colonel en 1797, son régiment est envoyé aux Indes et il n’en reviendra qu’en 1805 avec le grade de major général.

Lieutenant Général, il commande les troupes au Portugal en 1808 et bat l’armée de Junot à la bataille de Vimeiro, au nord de Lisbonne.

Après sa victoire de Talavera (28 juillet 1809), il reçoit le titre de vicomte Wellington de Talavera et de baron Douro de Welleslie.

Ce n’est qu’en mai 1814,donc après la première abdication de Napoléon, qu’il recevra le titre de duc de Wellington. Ce général n’a presque jamais connu de défaite. 

Représentant de la Grande-Bretagne au Congrès de Vienne, vainqueur à Waterloo, général en chef des troupes d’occupation européennes en France, Wellington quittera la carrière militaire en 1818 et se consacrera à la politique de son pays.

Plusieurs fois premier ministre (1828 à 1830) dans cette Angleterre qui voit monter le machinisme et les querelles religieuses, il réunira en 1830, à Londres, la Conférence des puissances européennes qui permit l’indépendance de la Belgique.

Il s’éteindra à Walmer Castle, près de Douvres, le 14 septembre 1852, dans le respect et la vénération de la nation entière.