Histoire du bâtiment

Au cœur de Waterloo, le Musée Wellington se situe dans une vaste demeure construite en 1705 par un entrepreneur en pavage…

À l’époque, les paveurs faisaient la renommée de Waterloo en s’expatriant dans l’Europe entière.

Cette habitation, dressée sur la chaussée entre Charleroi et Bruxelles devint en 1777 une auberge relais aux chevaux, qui permettait aux voyageurs de s’y restaurer ou d’y faire une halte pour la nuit avant de traverser la forêt de Soignes.

Josse Bodenghien l’acquit des descendantes du premier propriétaire, le 20 juillet 1782. C’était une grande maison composée de douze chambres, laverie, puits, écuries, remise, four, basse-cour, jardin et brasseries.

Cette demeure a été choisie pour abriter les différents états-majors, tour à tour le prince de Cobourg, le prince Frédéric d’Orange – qui y séjourna le 6 juillet 1794 – et enfin le général républicain Lefebvre avant que le duc de Wellington y établisse son Quartier Général les 17 et 18 juin 1815.

Cette bâtisse connut divers sorts jusqu’aux années cinquante, lorsque la commune de Waterloo la racheta pour créer avec quelques passionnés le célèbre Musée Wellington.

Petit à petit, l’a.s.b.l. « Les Amis du Musée Wellington », qui gère ce musée communal acquit de nombreuses collections sur la Bataille de Waterloo.

Ce lieu a pu évoluer en fonction des souhaits des visiteurs, qui se comptent à plus d’un million, depuis son ouverture tout en gardant l’ambiance et le caractère original de cette demeure hautement historique.  Le Quartier Général du Duc a accueilli en 2015, à l’occasion du Bicentenaire de la Bataille de Waterloo, plus de 56.000 visiteurs.