La lettre d’Arthur Wellesley au lieutenant-colonel Spry

Le sous-continent indien est connu des européens depuis le Moyen-Âge pour ses productions d’épices et de tissus qui dépassaient largement en qualité ce qui était produit en Europe. Vers 1760, l’invention de la spinning jenny (machine à filer) puis du métier d’Arkwright permet à la Grande-Bretagne de rattraper son retard par le développement d’une production de masse à bas coût.

L’Inde actuelle est à l’époque divisée en plusieurs états dont les rivalités font le jeu des puissances occidentales qui s’établissent en Inde via des comptoirs commerciaux dont l’exploitation est concédée à des compagnies. La English Indian Company parvient au fur à mesure des traités qui suivent les guerres à évincer les autres compagnies européennes pour s’ancrer comme la nouvelle puissance en Inde.

C’est dans ce contexte où se succèdent les interventions armées et les traités que le jeune Arthur Wellesley arrive en Inde en 1796 avec le grade de lieutenant-colonel.

En 1799, l’armée intervient pour neutraliser définitivement le sultan de Mysore, Tipû Sâhib qui est tué pendant le siège de sa capitale Seringapatam, le 4 mai. La mort du sultan va déstabiliser la région et de nombreux chefs locaux deviendront des seigneurs de la guerre connus sous le nom de Polygars (ce qui signifie chef d’un camp militaire) qui provoquent de nombreux troubles. La chute de Tipû Sâhib, ne signifie donc pas la fin des violences en Inde.

Arthur Wellesley est nommé gouverneur de Seringapatam grâce à son frère Richard alors gouverneur général des Indes. Le nouveau gouverneur doit à la fois créer les conditions d’un établissement des Britanniques et lutter contre les fauteurs de troubles qui ravagent le Mysore. La discipline, l’armement et l’entrainement des troupes britanniques donneront systématiquement la victoire aux soldats de Wellesley lors des batailles rangées ou des sièges des forts indiens.

Sir,

The detachment wich has been placed under your command by this day’s orders is intended to attack the forest of Arrekeery on one side, at the same time that i twill be attacked on another by the detachment placed under the orders of Lieutenant-Colonel Cuppage, and on a third by the remainder of the troops under my command from the side of Munserabad. It is my wish that the attack should commence on all sides at ten o’clock in the morning of the 16th instant ; and i request you to commence your march from camp in such times at to be at the point of attack at that hour.

I enclose an account of the road by which it is intended that you should advance towards Arrekerry, and the person will accompany this letter who will point it out to you.

It is not impossible, however, but that you may meet with obstacles on this road not mentioned in the enclosed paper, and not known to your guide ; but i hope that you will not meet with any of a very serious nature. When you will have gained the village of Sodleghee your object will be to attack the Arrekeery ditch. You will be the best judge at Sodleghee how far this may be praticable ; particurlarly if you should not be able to bring your guns to Sodleghee to bear upon the ditch.

If you should be so fortunate as to carry the ditch, you will move on to the village of Arrekeery, wich you will secure ; and afterwards you will employ such part of your detachment as you may no think it necessary to employ on that service to attack the rear of those who will defend Arrekeery against the detachment which will attack that place on the side of Munserabad. Im moving to the attack of the ditch of Arrekerry, the guns will, of course, be left at Sodleghee ; or if it should not be possible to bring them through the jungle on this side of Sodleghee, it be will necessary to leave them at the pagoda : a reserve should be in charge of them wherever you may fin dit necessary to leave them ; and, at all events, it is desirable that the village of Sodleghee should be secured.

A detachment of the Rajah’s troops, consisting of 200 infantery and 100 bildars and pioneers, will be send to place themselves under your command should cook one day’s salt provisions on the 15th for the next day.

The Rajah’s cavalry will occupy all the open ground in the neighbourhood of the forest of Arrekerry ; but i recommend that you should order your camp equipage and baggage into one of the villages in the neighbourhood of your camp, and that you should leave any sick or convalescent men that you may have to guard them.

 

Arthur Wellesley

Colonel

Camp at Careeoonestree

14th January 1802

Cette période située entre novembre 1801 et novembre 1802 est peu connue des historiens et très mal renseignée car les documents originaux ont souvent disparu au gré des chasses des collectionneurs d’autographes. Ainsi les Wellington’s dispatches ne publient aucunes lettres écrites par Arthur Wellesley entre 28 décembre 1801 et le 17 novembre 1802. Il faudra attendre la publication du troisième volume des Supplementary Despatches and Memoranda of Field Marschal Arthur Duke of Wellington K.G pour que cette lettre apparaisse en 1858.

Comme le montre cet écrit, cette période ne fut pas calme. Puisque Arthur Wellesley est en campagne contre le Rajah de Bullum qui a réoccupé le site stratégique de Arrakerry après le départ des Britanniques en juin 1800. Ces derniers considèrent cela comme un acte hostile car le Rajah s’en sert comme base pour ses incursions afin de piller les villages du Mysore. Le colonel Wellesley doit neutraliser cette menace.

Arrivé aux environs de Arrekerry, le 14 janvier, Wellesley divise son infanterie en 3 colonnes dont une sous le commandement de Spry officier du 77ème d’infanterie qui reçoit alors la lettre qui fait maintenant partie de notre collection. Les forces du nouveau Rajah du Mysore sont envoyée pour couper la retraite de l’ennemi vers les entrailles de la forêt.

Le lieutenant-colonel Spry attaque conformément à ses ordres pour 10h, le 16 janvier avec ses troupes composées du 19ème régiment de dragons, un détachement d’artillerie, un détachement du 77ème d’infanterie, le régiment de Meudon, le 1er bataillon du 1er régiment, le 1er bataillon du 2ème régiment et un détachement de pionniers. L’attaque est un succès, les forces du Rajah de Bullum sont défaites pour la perte d’un seul européen du régiment de Meudon et de faibles pertes des troupes du Rajah de Mysore. Ce conflit prend fin avec la capture du Rajah de Bullum le 9 février puis son exécution le lendemain.

Ces petits conflits sont qualifiés par l’auteur Martin R. Howard de « little war » qui couvrent la période comprise entre la prise du Mysore en 1799 et la guerre anglo-marathe de 1802.

C’est par cette victoire contre le Rajah de Bullum que Arthur Wellesley sera promu Major-Général.

Cette lettre issue de notre collection est un document important car elle préfigure le déclin de la puissance de la English Indian Company au profit de la puissance étatique directe. L’intervention de plus en plus fréquente de l’armée britannique dont Arthur Wellesley fut l’un des plus brillants officiers va accroitre la puissance étatique aux dépens de l’EIC qui ne pouvait plus contrôler les vastes territoires passés sous le contrôle des Britanniques. D’une colonisation commerciale, la conquête britannique va passer à une colonisation complète avec tous les aspects que cette notion recouvre. Ce basculement sera définitif lorsqu’en 1813, l’EIC perd son monopole en Inde ouvrant le sous-continent à la puissance étatique et aux capitaux privés.

Enfin cette lettre nous témoigne que la carrière de Arthur Wellesley n’est pas seulement celle de la guerre péninsulaire et de Waterloo mais que son action couvre de vastes territoires en Inde. Nous ne pourrions pas comprendre les facultés extraordinaires de Wellesley en termes de stratégie et de diplomatie sans la période indienne de sa carrière. C’est en effet en Inde qu’il développera ses talents qui le conduiront à défaire définitivement Napoléon en 1815.

 Quentin Debbaudt, responsable des collections du musée Wellington.

Sources

  • Gurwood (Lieutenant-colonel), The dispatches of fiels marshal the duke of Wellington, during his various campaigns in India, Denmark, Portugal, Spain the low countries and France, from 1799 to 1818, volume 1, London, John Murray, 1837.
  • Howard M.R, Wellington and the british army’s indian campaigns 1798-1805, Havertown, Pen and sword, 2020
  • Markovits C, « L’Inde dans l’économie mondiale au XIXe siècle » in Revue d’histoire du XIXe siècle, 56 | 2018.
  • Weller Jack, Wellington in India, Barnsley, Frontline books, 2013.
  • Wellington (duc de), Supplementary Despatches and Memoranda of Field Marschal Arthur Duke of Wellington K.G, volume 3, London, 1858.
  • Wilson W.J (colonel), History of the Madras army, volume third, Madras, Governement Press, 1883.

Nos partenaires